Castlevania - Aria Of Sorrow



- Est-ce que tout le monde a ses lunettes pour regarder l’éclipse ?
- Bien, on peut commencer !

Castlevania Aria of Sorrow est le troisième et dernier opus de la série sortie sur GBA en 2003, précisons que cet épisode est produit par IGA¹ une nouvelle fois, et, comment dire ? Ça envoie du lourd, du très lourd ! Après vous avoir un peu mis en jambe avec cette intro, on va faire un petit point sur le scénario de cet opus : Dracula a été vaincu en 1999, et nous sommes en 2035. Nous incarnons, Soma Cruz², étudiant en échange scolaire au Japon. Alors qu’il se rend dans un temple pour y observer la première éclipse solaire du XXIème siècle avec son amie Mina, Soma se retrouve téléporté dans un autre lieu lorsqu’il franchit le portail du temple… Lors de son réveil, il constate qu’il n’est pas du tout dans le temple attendu et se retrouve entouré d’ennemis . Apparaît alors Genya Arikado³, un agent du gouvernement japonais, qui terrasse les adversaires présents et nous explique alors que nous sommes au cœur de l’éclipse, et plus précisément dans le château Castlevania et… Bordel ! Ce scénario, qui, s’il n’a pas la prestance d’un grand RPG, est clairement le bienvenu et ajoute une vraie dimension au jeu. On se sent clairement plus impliqué que dans les autres opus.

img1
Localisation → Check

Premier point qui nous saute aux yeux : le jeu est localisé ! Pour la première fois nous pouvons choisir le langage Français pour les textes ! Cependant la surprise est en demi-teinte au vu de la qualité de la traduction digne d’un « Google traduction ayant la gueule de bois ». Mais cela reste (le plus souvent) cohérent et compréhensible, ne boudons pas notre plaisir ! J’avais encensé Harmony of Dissonance pour la beauté de ses graphismes, et bien là nous sommes encore un cran au-dessus. Côté graphisme, il n’y a rien à jeter et l’animation est fluide. C’est sûrement un des plus beaux jeux de la console. Pour rappel, la console n'avait que deux ans d'existence à la sortie du jeu.
img1
J'ai parfois ressenti la même chose
devant la traduction

Le gameplay, un des points fort de la série, à une fois de plus réussi à se renouveler. Si dans CCOTM⁴ le système de cartes à combiner pour effectuer la magie était très apprécié, je regrettais le système d’Harmony of Dissonance qui nous faisait combiner tome magique et arme secondaire. Ici, Konami a réuni le meilleur des deux mondes grâce à un habile système de récupération des âmes. En effet, à chaque ennemi battu, il y a une chance que vous récupériez son âme afin d’utiliser ses pouvoirs. Récupérer l’âme d’un squelette vous permettra de jeter des os, celle de chauves-souris d’attaquer grâce aux ultrasons etc… Vous imaginez bien ce que vous pouvez récupérer en battant les ennemis les plus costauds ! Au niveau de la maniabilité je vais être (très) bref : c’est parfait ! Soma n’a aucune latence, tout est excellent, les nouvelles capacités glanées au fur et à mesure de l’aventure s’intègrent parfaitement à votre panel de mouvement. Concernant la progression, on ne change pas une équipe qui gagne. Nous sommes toujours dans un jeu d’action-plateformes à progression non linéaire, appelé vulgairement « Metroidvania5 ». Le concept est que, dès le début, vous êtes sur une grande zone découpée en sections interconnectées, et certaines sections ne seront accessible qu’après avoir récupéré une certaine habilitée (marcher sur l’eau, double saut etc…). Ces aptitudes sont souvent débloquées après un combat de Boss pour scénariser la progression. Cependant la série Castlevania contient un aspect RPG prononcé : on gagne des niveaux et on récupère des objets laissés par les ennemis vaincus qui augmenterons nos statistiques ou de nouvelles armes avec une allonge, effet et vitesse de frappe différentes ! L’ambiance sonore est quant à elle bien présente avec quelques thèmes d’accompagnement superbement bien orchestrés tout en restant dans les thèmes chers à la série, dont une superbe reprise du légendaire thème Vampire Killer6 Côté durée de vie, j’ai mis environ sept heures et demi pour un 100%. Encore moins que pour Harmony Of Dissonance, mais, car il y a un mais, il y a vraiment moins d’aller-retour parmi les différentes sections, du coup on se sent moins frustrés d’être bloqué sans savoir où aller.
img1
J'ai volontairement flouté l'image
pour vous laisser la surprise

L’aventure est vraiment mieux rythmée. J’ai déjà parlé de ma surprise face au scénario, celui-ci nous accompagne vraiment tout le long de l’aventure, il n’est pas rare de tomber sur un des nombreux personnages secondaires au détour d’une pièce et d’y voir un élément de scénario tel une trahison, une information sur le background. Du coup, on se sent moins « seul perdu dans l’espace » D’ailleurs, l’explorateur aguerri sera récompensé car au-delà des trois fins du jeu possible, le scénario cache quelques éléments sympathiques : Qui est le véritable ennemi ? Qui se cache derrière Genya Arikado ? Y’as-t-il un Belmont dans les parages ? Je vous laisse découvrir les réponses en jouant à cette perle de la console qui rentre facilement dans mon top 5 GBA !


Les plus
  • Une réalisation de haut vol
  • Localisation Française...
  • Aventure dense
  • Un scénario un peu plus présent
  • Le système d'absorption d'âmes
Les moins
  • Toujours très facile
  • ...pas toujours compréhensible


Combien ça côte ? : En 2016, je ne l’ai pas vu sous les 22€, sinon on titille vite les 30€ pour une cartouche seule. Cependant, il y a énormément de contrefaçons de ce jeu. N’hésitez pas à consulter le livre des contrefaçons GBA,. Pour une édition complète, le prix de départ est aux alentours de 100€, surement l’opus de la série le plus cher sur cette console.

Le Protips : Le jeu est sorti dans une compilation Double Pack avec Harmony of dissonance, et ce double pack coûte moins cher en complet qu’Aria of Sorrow et vous avez 2 fois plus de Dracula ! [Oui, c’est le même Protips que HoD, vive le recyclage]

Le mot de la fin : Un INCONTOURNABLE, Une suite ! Une suite ! ...


____________________

1. Koji IGARASHI, Assistant réalisateur sur SOTN, Il a produit tous les Castlevania depuis Harmony Of Dissonance, et remaniera la chronologie de la série ! 2. Et oui, ce jeu fait bien parti de la chronologie officielle, mais nous n’y incarnons pas un Belmont 3. Les plus érudits d’entre vous devinerons son identité secrète 4. Castlevania Circle Of The Moon, premier opus de la console, sorti en 2001 5. Je ne supporte pas cette appellation, surtout que là nous sommes dans un Castlevania. 6. Qui ne sera écoutable que si vous arrivez sur la véritable fin du jeu


écrit par Clads92
publié le 17 June 2016


Fiche C.D.I


Emprunté le 22 Jan 17

par Kuretsu

Emprunté le 22 Jan 17

par shadowmoon

Emprunté le 22 Jan 17

par servietskyyy



Tintin   Thomas

Un super test, comme d'habitude après tout !
Dis-mois.... Tu aurais pas un petit faible pour la série de Castlevania ? :ironie:
Tu connais le sujet sur le bout des doigts, chapeau l'artiste !


Sans titre   Clads92

Merci @thomas ! c'est cool de voir que tu es assidu à mes test, promis dans les deux prochains on parle pas de Castlevania, ni de GBA :D ! [Maintenant je peux m'autopublier sur le site je pense mettre le prochain début juillet]


Faq   Papako

Très bon livre, édité par toi même qui plus est ! Bravo M. Le Bibliothéquaire !


Annoter le livre Retour